Collège Druidique des Gaules

Collège Druidique des Gaules

Ar Gaël n° 340 : La vie du collège

 

La vie du Collège Druidique des Gaules.

 

Ar Gaël n° 340, samonios 4385

 

Dans la plupart des Collèges Druidiques, le nouvel an celtique est fixé le 1er novembre.

Le Collège des Druides, Bardes et Ovates des Gaules, (dit Collège Druidique des Gaules ou CDG) vous présente donc tous ses voeux pour cette nouvelle année celtique. Nous vous souhaitons donc santé et bonheur, pour vous et tous les vôtres. Je souhaite rajouter ce qui pour moi est essentiel: Je vous espère dans le sens de La Nature, et en lien avec votre clan et vos ancêtres.

En effet, certains mouvements druidiques réclament de leurs ouailles (et des autres) une philosophie politiquement correcte et républicainement correcte, dans la liberté individuelle détachée des liens de la famille et du clan.

Certains auteurs sont mis à l'index, comme André Savoret, nationaliste du début du XXème siècle. Or, le nationalisme a été créé de toutes pièces par la constituante, et tout républicain devrait respecter cet amour de la patrie qui a enfanté Napoléon et a mobilisé toute la 3ème république contre l'ennemi germanique.

Dans la droite ligne de cette chasse aux sorcières, ces bons citoyens vouent aux gémonies "les racistes et les sexistes" dont la présence serait "l'aberration absolue".

Le druidisme ignore et a toujours ignoré le principe de la nation, et nos ancêtres les gaulois considéraient les hommes et les femmes certes complémentaires, ce qui ne saurait choquer, mais parfaitement égaux en droit. Le patriarcat a été instauré en France, tout d'abord par la fameuse mais surtout fumeuse loi salique, et ensuite par le code Napoléon.

Si nous suivons les principes qui géraient les peuples gaulois et celtes, nous nous trouvons rapidement devant 2 obligations fonctionnelles:

La 1ère consiste à se sentir membre d'une "lignée", c'est-à-dire le maillon d'une chaîne ininterrompue, qui a une histoire et surtout des devoirs. Les ancêtres sont importants et leurs descendants sont liés entre eux dans les bons et les mauvais moments.

Toutes les religions de la terre fonctionnent sur ces principes et privilégient la famille et le clan, éventuellement élargis au peuple d'une province.

La 2ème ne considère l'individu que comme membre d'une famille. Ce sont les familles qui ont des contrats entre elles, permettant la continuité relationnelle de toute la société. Chacun participe avec ses forces et son savoir au bien général et les producteurs nourissent les autres classes, mais en échange d'une bonne gestion, d'une bonne santé et d'une protection des esprits du clan.

Et comme le dit la première triade, qui résume à elle toute seule l'esprit druidique:"La liberté naît de l'équilibre entre toutes les oppositions", ce qui pour moi signifie que l'on ne saurait exclure quelqu'un pour ses idées, ou alors où est la tolérance?

Doit-on exclure du mouvement druidique les bretons qui demandent à leurs membres de parler breton?

Doit-on rejeter toute personne qui recherche ses racines celtiques et qui est fière de ces racines-là?

La suspicion et la haine envers celui qui ne pense pas comme tout le monde me fait vraiment penser à toutes les épurations et liquidations du siècle dernier.

Pour moi, avant de rejeter quelqu'un, je regarde s'il agit avec respect, probité et courtoisie, et si tel est le cas, je ne vois pas de quel droit je lui interdirai de pratiquer la religion de ses ancêtres.

Je vous invite à méditer la règle en 9 points du Collège Druidique des Gaules, qui se trouve en fin d'Ar Gaël.

 

Druide Pwill  /|



07/12/2011
4 Poster un commentaire
Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres