Collège Druidique des Gaules

Collège Druidique des Gaules

Editorial n° 351 : Être druide à l'aube du troisième millénaire

Ar Gaël N° 351

 

L'éditorial du Rédacteur

 

Bouleversé par les guerres de religion actuelles, le druidisme du XXIème siècle a besoin de rester sur ses valeurs millénaires, hors du temps moderne. Nous proposons de rappeler quelles sont ces valeurs par un article écrit en 1995, paru dans le numéro 323 d'Ar Gaël de juillet 2003 et parfaitement d'actualité :

 

« ETRE DRUIDE A L'AUBE DU TROISIEME MILLENAIRE

 

 

Le druidisme, en tant que religion, philosophie native de la Gaule, nous vient de la nuit des temps.Les Druides ont été les seuls détenteurs de la seule forme réelle de tradition adaptée aux celtes que l'Occident ait jamais connu.

 

Où et comment a-t-il pris naissance ? Cela reste controversé et, il faut bien le dire, pour l'instant et en l'état actuel de nos connaissances en la matière, nous manquons de preuves tangibles et les allégations qui s'y rapportent sont sujettes à caution.

 

Mais en définitive, ce qui compte et ce qui a une réelle importance, c'est qu'il a pris corps, s'est développé, s'est heurté à l'impérialisme romain et, sous les coups du sort, a disparu momentanément de la scène de l'Occident pour céder la place à la religion naissante. Celle-ci s'est installée presque sans coup férir sur les infrastructures du Druidisme mourant. Elle a alors commencé à exercer sur les Celtes une dictature morale, un règne sans concession ni partage, dont nous voyons actuellement encore les effets pernicieux . Cette nouvelle religion a tout fait, tout mis en œuvre pour couper le monde des celtes de ses racines, pour les remplacer par une filiation biblique. Les Dieux, les Héros, les Esprits de la Nature, tout ce qui faisait la beauté sauvage de la Celtie a dû s'effacer devant un Dieu vindicatif, vengeur et tyranique.

 

Si les coups portés, tant par le césarisme religieux que politique ont été mortels, cela n'a pas empêché l'Esprit du Druidisme de poursuivre son œuvre et son existence, certes d'une façon souterraine. Réduit au rôle de veilleur silencieux, le Druidisme a attendu pendant de longs siècles l'heure du réveil de l'activité dans un nouveau cycle, après une longue nuit d'hiver…

 

Le Druidisme actuel, divisé en de nombreuses « chapelles » parfois profondément antagonistes, repose essentiellement sur deux bases : Le folklore et la spiritualité. Le côté folklorique est, de loin, le plus connu mais aussi, il faut le dire, donne parfois du druidisme un aspect farfelu des plus négatifs, face à une société qui a déjà, à son sujet, de nombreux a-priori. En revanche, le côté spirituel, moins visible mais plus efficace, donne au Druide sa véritable dimension et sa raison d'être. Autrement, nous retombons dans le domaine de la farce, des amuseurs publics.

 

Etre Druide à l'aube du troisième millénaire, vivre son sacerdoce, n'est pas chose aisée car les structures de l'Ordre ancien ont disparu. Le temps a passé et le Druide actuel ne bénéficie plus de l'impact qu'il avait autrefois et son rôle aujourd'hui est beaucoup plus anonyme...mais c'est ainsi ! Il faut savoir s'y adapter ce qui, en soi, est une preuve d'intelligence et non pas une forme de régression comme beaucoup auraient tendance à le penser. Son audience est certes réduite mais il vaut mieux la qualité que la quantité, qui est le règne de l'anarchie, qui permet aux droits de l'emporter sue les devoirs, aux mercenaires de la pensée de passer pour sages.

 

Le Druide actuel sait qu'il est un maillon relié à la grande chaîne de ses aînés, qui lui ont laissé non pas un livre dogmatique mais la Sagesse renfermée dans La Nature, dans le symbolisme, dans les Triades. A lui de chercher, de méditer pour suivre l'éternel chemin de la Vérité, du Graal qui sommeille en chacun de nous.

 

Le Druide actuel, le vrai, est celui qui a conscience d'une façon impersonnelle de son initiation, de son sacerdoce qui le met au-dessus, non par orgueil mais pour mieux servir, pour mieux transmettre à ceux et celles qui en sont dignes et qui sont les vrais fils et filles de la Lumière.  Il sait que la voie qu'il suit est âpre et solitaire car ne reposant sur aucun écrit. Il doit se fier à sa seule intuition, à un travail personnel et soutenu, ce qui correspond à la Tradition occidentale attachée, avant tout, à la liberté de l'homme et cherchant à faire de lui un être pensant, responsable, sensible à l'invisible.

 

Il ne nie pas les autres formes de sagesse, sachant que nulle Tradition ne détient l'entière Vérité mais seulement des fragments de la Sagesse Universelle. 

 

Les portes du troisième millénaire vont bientôt s'ouvrir. On en dit beaucoup, on en attend beaucoup mais nul ne peut savoir ce qu'il en sera exactement car les actions de l'homme transforment constamment le futur. Néanmoins, le Druide actuel fait de son mieux pour empêcher que les Forces de l'ombre, encore plus sournoises, plus perverses qu'au temps de l'Atlantide, n'entraînent le monde dans un irrésistible chaos qui verrait cette fois, non pas la disparition d'un seul continent...mais du monde entier…

 

On pourrait conclure en disant que le Druide actuel est un homme qui est un pont entre le passé et le futur et qu'il œuvre là où l'Incréé lui a assigné sa mission : Sur la terre Celte.

A charge pou lui, avec l'aide des Esprits supérieurs qui résident dans l'Invisible et avec ses frères dans la quête du graal, de préparer une élite spirituelle qui puisse s'opposer avec efficacité aux forces aveugles du matérialisme, afin que le troisième millénaire puisse , si possible, renouer avec sa dimension spirituelle, seule capab7le de sauver l'humanité du chaos. /I Gwen marc'h, clairière parisis»

 

Est-il besoin de rajouter grand-chose à ce constat prémonitoire? Méditons, prions nos ancêtres qu'ils nous éclairent, et ne cédons pas au catastrophisme ambiant.

 

/|  Pwill

 

 



29/06/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres