Collège Druidique des Gaules

Collège Druidique des Gaules

Valeurs morales du druidisme traditionnel

 

 

LES VALEURS MORALES DU DRUIDISME TRADITIONNEL



 

I- LES DEFAUTS CONTRE LESQUELS IL FAUT LUTTER :


1. L’orgueil :

 

  • Je suis supérieur à certains.

  • J’ai raison.

  • Je n’ai pas besoin d’apprendre pour savoir.

  • Les anciens étaient moins intelligents que nous.

  • Mes valeurs sont meilleures que celles d’autres personnes.

  • L’homme moderne dépasse la Nature.

  • Moi, au moins, je ne suis pas prétentieux et intolérant.

  • J’ai honte de ma famille, de mon clan, de mon pays.


 2- Le mensonge :

 

  • Je dois cacher ce que je suis, sinon les autres vont en profiter.

  • Je dois dissimuler mes vraies émotions, pour ne pas paraître faible.

  • Si je joue bien mon rôle, l’autre va me croire, et je pourrais le berner.

  • Je cache ce qui pourrait servir à l’autre, sinon il risque d’être plus fort que moi.

  • Je tais mon histoire et celle de ma famille à mes propres enfants, pour ne pas déchoir à leurs yeux.

  • Je propage des ragots, que je n’ai pas vérifié.


3 - La cruauté :

 

  • Pour me défendre, je vais au-delà de la simple protection. Je cherche à détruire tous ceux qui sont un danger potentiel pour moi, à mon sens.

  • Je suis agressif pour qu’on me respecte.

  • Je ne fais « pas de cadeau », pour rester le plus fort.

  • J’aime voir souffrir les gens ou les êtres, surtout ceux qui me sont proches.

  • On peut s’imposer avec les animaux, mais il faut être très dur.


4-Le matérialisme :

 

  • J’ai besoin de pas mal d’argent, pour répondre à tous mes désirs.

  • J’ai peur de manquer, alors j’accepte de renier quelques-unes de mes valeurs pour être en sécurité financière.

  • J’ai peu ou pas d’enfants, car il faut beaucoup d’argent pour les élever.

  • Il faut tenir son rang.

  • L’argent fait le bonheur.

  • Je mérite d’avoir une vie facile avec beaucoup de loisirs et de biens.

  • On peut tout acheter, même l’innocence, la moralité et l’honnêteté, tout est une question de chiffre.

  • Je ne sais pas si je pourrais résister à une proposition malhonnête de beaucoup d’argent, plutôt moi qu’un autre.

  • Je fréquente les gens qui peuvent me servir dans ma carrière ou me rapporter quelque chose.


5- La paresse :

 

 

  • J’ai assez de travail comme çà, je compte sur les autres pour mettre en place ce qui m’intéresse.

  • JE N’AI PAS LE TEMPS : de lire, d’écrire, de participer à des recherches sur le passé ou le druidisme.

  • Je voudrais bien m’occuper des autres, mais charité bien ordonnée commence par soi-même.

  • Je ne vais pas m’engager à prendre des responsabilités, ce n’est pas pour moi.

  • J’ai le droit de critiquer ceux qui font, mais c’est normal que je ne fasse rien.


6- Le parjure :

 

  • Découle du mensonge, de la lâcheté, de la paresse et de l’orgueil

  • Il concerne surtout ceux qui, prêtres ou sacerdotes du druidisme, ont juré de consacrer leur vie à celui-ci.

  • Je me suis engagé dans la voie de mes ancêtres, mais ça n’est pas grave. Je n’ai plus envie de tenir ma promesse, j’ai envie d’essayer autre chose, j’aime bien changer souvent.

  • Je ne me suis pas rendu compte que çà engageait à tout çà. Ce n’est pas que je sois déçu, mais je n’aime pas les contraintes, et je préfère choisir dans cela et d’autres voies ce qui me plaît.

  • Tant que les autres ne sont pas parfaits, je peux bien faire ce que j’ai envie et ne respecter que les règles qui m’arrangent.



II- LES QUALITES QU'IL FAUT S'EFFORCER D'ACQUERIR : 



1- Le respect de ce qu’ EST l’autre :

 

J’ai du mal à me connaître et à prévoir mes réactions en situation exceptionnelle. Je ne suis pas sûr d’être fier de toutes mes attitudes en cas de danger immédiat ou à moyen terme, pour moi ou mes proches. Comment pourrais-je donc me permettre de juger l’autre ? Si j’avais eu la même vie et les mêmes problèmes, j’aurais peut-être encore plus mal réagi. L’autre, dans TOUS ses aspects, est une créature de Dieu comme moi, ni plus ni moins, il est une partie de Dieu. Je dois donc le respecter infiniment, comme une partie Divine différente, mais de valeur équivalente à moi-même.

 

2- Le respect de ce qu’il pense :

 

Influencé par son thème astral de naissance, les gènes de ses parents et les messages de sa famille et de son milieu, chacun évolue selon des schémas et des valeurs qui lui sont propres. Ce qu’il affirme est le résultat de cette vision unique et forcément réduite. Il est toujours intéressant d’écouter ce que dit l’autre, car ce qu’il exprime est plein de ses émotions et de ses peurs. Cela peut m’aider à mieux me et le connaître, et ouvrir mon champ de vision et de compréhension.

 

3- L’acceptation de l’imperfection :

 

Le seul à tout maîtriser est l’Incréé, puisque c’est de Lui que tout provient. Nul être au monde ne peut se targuer de maîtriser quelque sujet ou domaine que ce soit à la perfection. Nos quelques compétences, par rapport à ce qui pourrait être, sont microscopiques et ne devraient en aucun cas être un sujet de fierté ou d’orgueil pour qui que ce soit. Il est facile de trouver quelqu’un qui dans un domaine ou un autre est moins exercé que nous, mais il est encore plus facile de trouver un être qui nous dépasse dans beaucoup de savoirs et savoirs faire.

 

4- L’acceptation de mon destin :

 

Je dois faire tout ce qui est en mon pouvoir pour réaliser ce qui me paraît mon devoir. Cependant, les événements qui surviennent sont certes provoqués en partie par mes actes, mais il y a une part que je ne peux maîtriser et qui ne dépend pas de moi. C’est le Destin, c’est-à-dire les voies de Dieu, qui sont nécessaires et que je dois accepter. Je dois m’efforcer d’en tirer les côtés positifs, ou tout au moins positiver tout ce qui arrive, car une dynamique positive aboutit forcément à du positif, et une dynamique négative à du négatif.

 

5- L’acceptation de mes devoirs :

 

-Vis-à-vis de moi-même : Je m’accepte, m’estime et m’aime comme je suis, avec tous mes côtés positifs ou négatifs. Cependant, l’Esprit doit commander et imposer au corps sa volonté, dans le respect et l’amour. Je tâche de répondre à mes besoins fondamentaux, mais pas à mes désirs ou envies s’ils ne me paraissent pas positifs à long terme pour moi.

-Vis-à-vis de ma famille et de ma lignée : Je dois aide et protection aux faibles et démunis de ma famille et de ma lignée, les femmes, les enfants et les anciens. J’écoute et respecte avec considération la parole des anciens, mûrie par l’expérience. Je privilégie ma famille aux personnes d’une autre lignée.

-Vis-à-vis de mon clan : Malgré les influences des révolutionnaires et fanatiques de tous bords qui privilégient l’individu contre sa famille et son clan, je m’efforce de retrouver l’héritage commun que je possède avec ceux de mon clan et l’échanger avec eux, ainsi que l’histoire de nos ancêtres. Je suis fier de ma famille, de ma lignée et de mon clan. Même si certains ont failli, les autres sont là, et je ne peux juger sans savoir.



 



26/09/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres