Collège Druidique des Gaules

Collège Druidique des Gaules

Complainte des pays de l'Ouest

Les liens tissés lors du stage d'initiation au druidisme de 2011, où nous étions huit avec notre druide François, ont suscité un échange de textes dès notre retour que je restitue de manière d'autant plus émue aujourd'hui que l'un d'entre nous nous a quitté trois ans plus tard.

 

Voici donc le message de Robert à son retour dans son Alsace natale  :

 

"Grand merci à tous de ces riches heures de découvertes et de partages 

 

 

Voici donc cette belle complainte des pays de l'ouest à l'époque où le christianisme s'est imposé contre le druidisme. Les Korriganed, femmes consacrées, guérisseuses et clairvoyantes furent poursuivies comme sorcières par le clergé et se réfugièrent dans les bois. Elles se revêtaient de peaux de biches ou de cerfs. Il arrivait parfois qu'un chasseur s'y trompe et qu'une Korriganed péerisse.

 

 

1/  Celles qui vont au bois, c'est la mère et la fille

     La mère va chantant et sa fille soupire

     Qu'avez vous à soupirer ma blanche Marguerite

     J'ai bien trop dire en moi et n'ose vous le dire.

 

 

 2/ Je suis fille le jour et nuit blanche biche

     La chasse est après moi des barons et des princes

     Et mon frère Renaud qui est encore le pire

     Allez ma mère allez bien promptement lui dire

 

 

3/ Qu'il arrête ses chiens jusqu'à demain midi

    Où sont tes chiens Renaud et la chasse gentille

    Ils sont dedans le bois à courre blanche biche

    Arrête- les Renaud, arrête je t'en prie.

 

 

4/ Trois fois les a cornés de son cornet de cuivre

    A la troisième fois, la blanche biche est prise

    Mandons le dépouilleur qui dépouille la biche

    Celui qui la dépouille dit je ne sais que dire.

 

 

5/ Elle a le cheveu blond et le sein d'une fille

    A tiré son couteau en quartiers il l'a mise

    En ont fait un dîner aux barons et aux princes

    Nous voici tous sciés hors ma soeur Marguerite.

 

 

6/ Vous n'avez qu'à manger suis la première assise

    Ma tête dans le plat et mon coeur aux chevilles

    Mon sang est répandu par toute la cuisine

    Et sur vos noirs charbons mes pauvres os y grillent

 

7/ Celles qui vont au bois, c'est la mère et la fille

    La mère va chantant et la fille soupire

    Qu'avez vous à soupirer ma blanche Marguerite

    J'ai bien trop dire en moi et n'ose vous le dire."

 



29/06/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres